Trouver votre agence Demande de devis Devenez nounou

Garde d'enfant à domicile : Rencontre avec Laurent Hénart chez Family Sphere - 03/10/2006

keyboard_arrow_left Retour

Rencontre avec Laurent Hénart chez Family Sphere - 03/10/2006

Garde d'enfants : un métier à part entière

Laurent Hénart, président de l’Agence nationale des services à la personne et député de Meurthe-et-Moselle, était en visite vendredi matin chez Family Sphere. Autour de lui, familles et gardes d’enfants sont venus témoigner de l’évolution d’un secteur trop longtemps marginalisé.

 

Malgré la fraîcheur matinale du mois de septembre, l’ambiance était chaleureuse en ce vendredi matin, dans les locaux de Family Sphere à Nancy. Une matinée placée sous le signe de l’échange. Un échange pas si commun, puisqu’il mettait directement en présence un politique et des citoyens, tous acteurs du service à la personne. Une rencontre originale initiée par Didier et Thierry Rein, les deux « frangins » fondateurs et gérants des agences Family Sphere de Nancy et Metz.

 

L’initiative était osée. Elle s’est révélée fructueuse. Car les débats – riches et denses - ont permis de souligner la profonde mutation en cours dans le secteur de la garde d’enfants.

 

A la recherche de la pleine satisfaction

 

Evolution majeure : la professionnalisation de l’activité. Le baby-sitting à la sauvette fait peu à peu place à une activité officielle et pérenne répondant à des exigences qualitatives de plus en plus fortes, tant pour l’employeur que pour l’employé. Comme l’explique Didier Rein, gérant de l’agence Family Sphere de Nancy. « Dans une mise en relation entre une famille et un intervenant, il est impératif de tenir compte des critères de sélection des parents, mais également des conditions de travail souhaitées par les intervenants. C’est ce que nous faisons chez Family Sphere, et c’est sans doute ce qui explique le très fort taux de satisfaction des uns et des autres. »

 

Du côté des parents, on demande des intervenants fiables, souples au niveau des horaires et capables d’assurer un véritable accompagnement des enfants. « Je suis aide soignante dans un hôpital public et mon mari travaille dans la gendarmerie. Avec nos horaires assez atypiques et des plannings qui peuvent changer quotidiennement, c’était une gageure de trouver une nourrice », explique Sonia S, maman d’un petit Romain de 8 ans. « Seule une structure comme Family Sphere pouvait répondre à nos attentes en matière de flexibilité des horaires.» Une idée que confirme Thierry Rein, gérant de l’agence Family Sphere de Metz. « En faisant appel à plusieurs de nos intervenants, ces familles ont toujours une solution de secours quelque soit l’urgence. Cela permet aussi à nos intervenants de cumuler des missions dans plusieurs familles avec un seul employeur. Les temps partiels subis disparaissent ainsi souvent au profit de temps partiels choisis, voire de temps pleins. »

 

Garde d’enfant : un VRAI métier

 

Du côté des intervenants, en effet, on attend essentiellement sécurité, stabilité et reconnaissance. Illustrations avec Angélique D, 27 ans. « Je suis arrivée d’Alsace il y a un an pour suivre mon petit ami. Auxiliaire de puériculture, je n’ai trouvé alors qu’un CDD de 6 mois dans une crèche municipale. Ensuite, Family Sphere m’a proposé un emploi en CDI avec une première mission de 12 heures hebdomadaires dans une famille. Très vite, une autre mission m’a permis d’approcher d’un mi-temps. La garde d’enfants étant mon métier, j’espère cumuler d’autres missions et pouvoir exercer mon métier à temps plein. » Une satisfaction que partage complètement Julie B, 22 ans, intervenante en soutien scolaire. « Travailler pour Family Sphere a de nombreux avantages : non seulement j'exerce un "vrai" emploi avec un contrat qui s'inscrit totalement dans mon projet d'étude puisque je me destine à l'enseignement, mais en plus, donner des cours dans ce cadre me procure une expérience réelle. » Ce qu’elle préfère toutefois dans les missions qui lui sont confiées, c’est la qualité de la relation avec les enfants, relation qui se crée toujours facilement car les élèves sont moins sur la défensive qu'avec les professeurs de l'école.

 

Question de confiance

 

Des messages écoutés avec attention par Laurent Hénart, président de l’Agence nationale des services à la personne qui orchestre la professionnalisation du secteur. «Les organismes tels que Family Sphere recrutent sur la qualification mais aussi sur des critères de compétence et d’expérience. C’est donc une excellente voie pour les jeunes qui souhaitent exercer dans ce secteur d’acquérir ou de compléter une première expérience », souligne le député de Meurthe-et-Moselle et maire-adjoint de Nancy. « Le nombre des entreprises et des associations agréées qui proposent des services dans ce secteur a augmenté de plus de 40% au cours du premier semestre 2006 », poursuit le président de l’ANSP. « Ces structures ont besoin d’une main d’œuvre nombreuse et qualifiée car l’exercice de ces métiers exige savoir faire, savoir être et lien de confiance. Il faut rapidement renforcer l’attractivité de ce secteur, attirer les jeunes vers ces métiers prometteurs et poursuivre de façon continue la formation des salariés intervenant à domicile.»

 

Les jeunes… et les moins jeunes. Les gardes d’enfants ne sont pas en effet l’apanage des étudiants. Comme en témoigne Carmen Z., 48 ans, intervenante Family Sphere à

Thionville. « Après des années passées dans le milieu pharmaceutique, j’ai enfin trouvé ce qui me convient et je vais travailler avec le sourire, avec enthousiasme. Je sais qu’en franchissant la porte d’une famille, on m’accueille avec le sourire et un bisou des enfants. Recevoir des marques d’affection comme des dessins, des cartes postales lorsqu’ils partent en vacances, ça me remplit de joie. Les parents sont aussi rassurés, ils peuvent compter sur moi, ils me respectent et me font confiance : c’est important pour moi.»

 

 

Et c’est aussi capital pour les enfants.