Vous souhaitez être rappelé ?
Le rappel sera réalisé pendant les heures d'ouverture de l'agence Family Sphere

Vous souhaitez être contacté(e) pour :

* Champs obligatoires

Le Groupe Family Sphere ayant désigné un Délégué à la Protection des Données auprès de la CNIL, conformément à la « Loi Informatique et Libertés » du 6 janvier 1978 modifiée et au RGPD, en justifiant de votre identité, vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification ou de suppression des informations vous concernant. Vous pouvez également pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement de vos données. Merci de nous adresser en ce cas un mail à dpo@family-sphere.com. Vous trouverez des informations exhaustives à propos de vos droits sur le site de la CNIL, à l'adresse https://www.cnil.fr.

A quelle heure coucher son enfant ? Les réponses selon son âge

L’heure du coucher et l’importance de trouver le bon moment pour que […]

L’heure du coucher et l’importance de trouver le bon moment pour que votre enfant aille au lit. En voilà  un sujet qui attire beaucoup d’interrogations. Tant chez les jeunes parents que lorsque l’enfant est plus âgé, on se demande fréquemment ce qui est le mieux. Alors, selon que votre enfant soit ou non scolarisé, et selon son développement, voici nos conseils pour trouver l’heure du coucher appropriée. 

Les besoins en sommeil impactent sur l’heure du coucher

Afin d’avoir une vision précise de la bonne heure pour coucher votre enfant, il faut s’intéresser à son sommeil. Car c’est en comprenant les besoins en sommeil selon l’âge de votre enfant que vous pourrez déterminer l’heure idéale pour qu’il aille au dodo.

Concrètement, les besoins en sommeil évoluent de la naissance jusqu’à l’âge de 10 ans.

  • Un nouveau-né dort souvent plus de 16 heures par jour. Le sommeil diurne (de jour) et nocturne (de nuit) se confondent, et bébé ne fait pas toujours la différence entre les deux.
  • Jusqu’à l’âge de 6 mois, votre bébé a besoin d’environ 14 à 15 heures de sommeil chaque jour. Le sommeil nocturne prend une place plus importante, mais les siestes sont toujours incontournables.
  • A partir de l’âge de 1 an et jusqu’à 3 ans, votre enfant dort environ 14 heures, avant que ce besoin évolue entre 3 et 5 ans à 12h. Les siestes disparaissent, le sommeil nocturne est – en général – le seul, sauf pour quelques enfants qui ont encore besoin d’une sieste. 
  • Ensuite, jusqu’à l’âge de 10 ans, les besoins en sommeil de votre enfant peuvent évoluer et celui-ci peut nécessiter jusqu’à 10 heures de sommeil par nuit.

Il est important de connaître les besoins en sommeil que nous venons d’évoquer afin de respecter le cycle de votre enfant et ainsi proposer une heure de coucher adaptée à l’heure du réveil ! Un sommeil réparateur est primordial. Lire à ce sujet « Comment aider votre enfant et lui apprendre à bien dormir ?« . 

L’heure du réveil conditionne (en partie) l’heure du coucher

Selon l’heure à laquelle votre enfant doit se lever chaque matin, vous pouvez déterminer l’heure du coucher idéale. Votre enfant n’est pas encore scolarisé, et c’est une nounou à domicile qui vient s’occuper de lui le matin ? Alors vous pouvez le coucher plus tard que si vous aviez recours à une assistante maternelle chez qui vous deviez le déposer à un horaire fixe chaque jour.

Votre enfant va à l’école et c’est vous qui l’emmenez pour la classe à 8h15 ? Alors vous pouvez le coucher légèrement plus tard que si vous aviez recours là encore à une assistante maternelle ou s’il était inscrit à l’accueil périscolaire.

Pour vous aider à faire le bon choix et à déterminer l’heure du coucher qui correspond selon l’âge de votre enfant et ses besoins, vous pouvez vous reporter au tableau édité par la psychologue québécoise Diane Lalancette.

Ce tableau a été énormément partagé – mais également critiqué – sur les réseaux sociaux. Il n’est pas parfait, il n’est pas LA réponse.

Celui-ci est à consulter à titre indicatif, mais ne doit pas être la norme unique vers laquelle tendre. Chaque enfant est unique, et son rythme doit être adapté à sa personnalité et à ses habitudes, avec comme priorité le respect d’un sommeil réparateur, gage d’un bon développement.