Vous souhaitez être rappelé ?
Le rappel sera réalisé pendant les heures d'ouverture de l'agence Family Sphere

Vous souhaitez être contacté(e) pour :

Conformément à la loi "informatique et libertés" du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des informations vous concernant, veuillez vous adresser à informatique@family-sphere.com. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant. Cliquez ici pour en savoir plus.

Comment aider votre enfant et lui apprendre à bien dormir ?

Qu’il s’agisse des premières nuits – compliquées – du nouveau-né ou encore […]

Qu’il s’agisse des premières nuits – compliquées – du nouveau-né ou encore des nuits de votre enfant déjà plus grand, le sommeil est un sujet central pour les parents. Une fois les premières semaines passées, et le manque de sommeil logique, votre enfant peut faire ses nuits. Pour autant, tout n’est pas gagné. En tant que parents, vous avez un rôle à jouer. Vous pouvez aider votre enfant à mieux s’endormir puis à se reposer, pour des nuits vraiment réparatrices.

Nous n’allons pas aborder dans cet article les premières nuits de bébé. Détaillons ici les questions relatives au sommeil d’un enfant qui fait déjà ses nuits, mais qui peut présenter plusieurs des caractéristiques suivantes : l’endormissement est difficile, les réveils nocturnes sont multiples, la nuit est courte.

L’importance de la phase d’endormissement

La phase du coucher est très importante et conditionne une bonne qualité de sommeil ensuite. Deux éléments sont à prendre en compte pour bien endormir votre enfant :

  • Proposer des heures de coucher régulières, qui vont permettre in fine à l’horloge interne de votre enfant d’être réglée.
  • Mettre en place un rituel qui fait comprendre implicitement à votre enfant que l’heure de se coucher est arrivée. Le rituel peut commencer dès la fin du repas, avec un temps de jeu puis le brossage de dents, un passage aux toilettes, une petite histoire et une petite chanson avant de se coucher.

Lorsque le rituel touche à sa fin, il est important de laisser votre enfant (même lorsqu’il n’est encore qu’un bébé) essayer de s’endormir seul. Ce n’est pas avec les plus petits que les problèmes sont les plus importants. Ce sont les plus grands qui, avec l’envie de rester avec vous ou l’excitation de la journée, auront parfois plus de mal à trouver le sommeil. Ne vous détournez pas de votre objectif. Répété régulièrement, le rituel va s’instaurer. Dédramatisez cette phase du coucher pour valoriser le repos comme un moment essentiel.

Se réveiller puis se rendormir

Plusieurs réveils nocturnes sont possibles pour votre enfant jusqu’à l’âge de 4 ans. En effet, alors que la répartition entre sommeil de jour et sommeil nocturne s’installe, les réveils peuvent se multiplier. Ces réveils peuvent avoir lieu tout au long de la nuit jusqu’à l’âge de deux mois. Ils deviennent plus épisodiques ensuite, même lorsque l’enfant arrête de faire des siestes. Pourquoi ? À cause des cauchemars, des terreurs nocturnes. De nombreux épisodes ou des conduites inhabituelles peuvent survenir pendant le sommeil. On parle de parasomnies. Elles peuvent être liées à l’anxiété de votre enfant, et se révéler de manière passagère ou durable. Nos conflits intérieurs resurgissent dans le sommeil. Alors lorsque de grands changements interviennent, si le niveau de stress est important dans la famille ou si un petit événement bouscule le quotidien, le sommeil peut être touché. Si la situation s’installe, il est important de consulter un professionnel de santé.

Un sommeil vraiment réparateur

C’est une réalité, depuis plusieurs années, les nuits de nos enfants raccourcissent. Les études sur le sujet le prouvent : les nuits des enfants scolarisés se réduisent. En cause, une phase d’endormissement difficile à cause de la stimulation des écrans mais aussi le rythme de la famille, souvent dicté par des impératifs professionnels. Alors, le matin, il faut se lever tôt… et la nuit est amputée de quelques minutes pourtant importantes.

Comment faire en sorte que le sommeil soit réparateur et permette à vos enfants de bien récupérer après une journée avec la nounou ou à l’école ? Il faut, selon les besoins de votre enfant, repérer les signes de fatigue et avancer l’heure du coucher. Instaurer un rituel au moment du coucher afin de rassurer l’enfant et l’inscrire déjà dans le début de sa nuit est primordial.

Pour rappel, voici les repères en ce qui concerne les besoins en durée de sommeil pour les enfants.

  • Pour les tout-petits (âgés de 1 à 2 ans) le sommeil doit être d’une durée de 11 à 14 heures par nuit.
  • Pour les enfants de 3 à 5 ans, entre 10 et 13 heures de sommeil par nuit. Souvent, les enfants scolarisés ont un besoin important.
  • Pour les enfants de 6 à 13 ans, entre 9 et 11 heures de sommeil.