Vous souhaitez être rappelé ?
Le rappel sera réalisé pendant les heures d'ouverture de l'agence Family Sphere

Vous souhaitez être contacté(e) pour :

Conformément à la loi "informatique et libertés" du 6 janvier 1978 modifiée, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des informations vous concernant, veuillez vous adresser à informatique@family-sphere.com. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant. Cliquez ici pour en savoir plus.

Apprendre à partager : du jeu parallèle au jeu ensemble

Partager les jouets. Partager un espace de jeu. Partager un goûter. Des […]
Partager les jouets. Partager un espace de jeu. Partager un goûter. Des gestes simples, mais pourtant cette notion de partage est souvent source de conflits chez les enfants. Logique, car la notion de propriété (et donc d’éventuel partage) n’est pas la même à 1 an, 2 ans, 5 ans et ensuite chez l’adulte.

Le jeu parallèle et individuel

Placez deux enfants âgés de 18 à 24 mois l’un à côté de l’autre. Ils savent se tenir assis, parlent, se déplacent. Ils se connaissent, mais pourtant, ils ne joueront pas ensemble. Paradoxal ? Les enfants ont jusqu’à l’âge de 2 ans un rapport à la propriété bien à eux, et une envie d’évoluer dans leur espace personnel. Les bébés sont « propriétaires » de tout ce qui est à portée de main (ou de pied). Un autre enfant ou un adulte qui entre dans la bulle et s’empare d’un jouet, et c’est un vol. Surtout lorsqu’il s’agit de doudou. A partir de 18 mois et jusqu’au deuxième anniversaire, le partage n’est pas encore acquis mais la propriété et l’appartenance des différents objets devient plus relative. Les enfants veulent ce que le petit copain ou la petite copine a dans les mains. Pire, une peluche, un jouet ou même un objet du quotidien devient « le mien » dès qu’il est désiré. Voilà pourquoi se développe le jeu parallèle entre enfants, sans partage. On se pique des jeux, on pleure. C’est une étape logique et incontournable.

Le prêt et le partage

A l’âge de 2 ans, un enfant identifie très bien ses jeux, et ceux qui ne sont pas à lui. Alors le partage arrive car il existe toujours des jeux et jouets intéressants ailleurs ! Le troc apparaît. Oui, on se prête un jouet contre un autre. Il est possible aussi d’expliquer à l’enfant que l’on prête de manière temporaire, sans rien en retour. Plus compliqué. A l’âge de 3 ans, le partage est compris et devient même souvent le cœur des discussions. « Toi tu prends ça et moi j’ai ça et ensuite on va prendre ça ». La logistique autour des jeux est capitale, et permet de sceller une relation, même de courte durée. Avec un autre enfant croisé dans un parc, il sera fréquent de définir qui joue avec le ballon et qui va dans le bac à sable avant que tout ne commence, même pour quelques minutes. Prévoir les événements et encadrer la relation permet aux enfants de développer leurs liens. Car le contact avec les autres est recherché. Le jeu n’est plus individuel et parallèle mais bien collectif. En grandissant, les enfants vont encore améliorer leur notion du partage. De 4 à 5 ans, ils vont notamment mieux appréhender le fait que certains objets sont précieux et ne se prêtent pas. La valeur sentimentale d’un objet devient concrète et on écoute l’autre pour partager.

Développer le partage

Rien ne sert de forcer votre enfant à partager lorsqu’il est encore petit, son rapport à la propriété ne lui permettant pas de comprendre ce qui lui est demandé. Mais rapidement, dès que votre enfant « veut » d’autres jouets que les siens, il est armé pour comprendre et appliquer le partage. Pour apprendre cette notion en douceur, intégrez le partage pour d’autres éléments que les jeux et jouets. Partagez un dessert, un goûter. Partagez une couverture en lisant un livre, ou encore un coin de tapis pour vous asseoir. Le partage peut prendre de nombreuses formes et sera plus facilement accepté s’il devient naturel, au quotidien.